Les chiffres de la filière apicole
 

Actu diffusée le 30/10/2018


 

Le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a publié la semaine dernière plusieurs chiffres tant attendus par la filière apicole

 

Le taux moyen de mortalités hivernales a été estimé à 29,4% à l’échelle nationale, résultat d’une enquête menée depuis juin (toutes les causes de mortalités sont prises en compte). Ce taux varie suivant le nombre de ruches détenue par les apiculteurs. A noter que seuls 29,3% des apiculteurs ont répondus à l’enquête

 

Afin de mieux comprendre les causes de mortalités, l’Observatoire des mortalités et des affaiblissements de l’abeille mellifère (OMAA) testé depuis le début de l’année en Bretagne et Pays de Loire serait déployé au plus vite dans d’autres régions

 

Autre résultat paru : France Agrimer annonce une production de miel pour 2017 de 19 788 tonnes. Ces données reposent cependant sur une enquête à laquelle seuls 7,7% des apiculteurs ont répondu. L’UNAF, syndicat apicole, quant à lui réaffirme sa position et maintient les estimations à 10 000 tonnes

 

La production de miel de 2018 devrait depasser les 25 000 tonnes de miel, notamment grâce aux miels issus des plantes cultivées comme le colza, la luzerne et le tournesol

 

Une fois de plus, le manque de fiabilité des données issues de la filière apicole peut être mis en évidence. On ne peut que se demander comment une filière peut parvenir à s’organiser dans ces conditions. Le flou et les incertitudes qui règnent, empêchent l’identification des véritables besoins et la mise en place d’actions pour faire face

 

 A vouloir toujours et éternellement une liberté sans limites dans la production et la mise en marché des produits apicoles, les apiculteurs nombreux qui défendent ces positions de principe entrainent tout un secteur dans des crises structurelles et cycliques à répétition. Aujourd’hui, après la crise de « la difficulté à produire » on est rentré dans la crise du « difficile à vendre »



 

 

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux