Préserver les pollinisateurs
 

 

 

Le Réseau Biodiversité pour les Abeilles (RBA) préserve les pollinisateurs en améliorant la disponibilité et la qualité de l’offre florale des paysages

 

 

Depuis quelques décennies, on constate un déclin des populations d’un grand nombre de pollinisateurs.

 

Ce phénomène est d’autant plus préoccupant qu’il s’avère être mondial.

 

« En Europe par exemple, 37% des populations d’abeilles, sauvages et domestiques, et 31% des papillons sont déjà en déclin, tandis que 9% de ces espèces sont menacées d’extinction »

 

Le déclin des populations de pollinisateurs a des origines variées et les études scientifiques s’accordent pour dire qu’il s’agit d’un phénomène multifactoriel.

 


Le changement climatique, la modification de l’environnement floristique, les maladies, les pollutions, les mauvaises pratiques agricoles ou apicoles sont des sources d’affaiblissement de la santé des pollinisateurs


 

L’alimentation est un des facteurs reconnus comme cause de la disparition des pollinisateurs

 

Le régime alimentaire des pollinisateurs est composé de pollen et nectar, collectés sur les fleurs :

 

  • Le nectar : source d’énergie (glucides), stocké sous forme de miel par certaines abeilles
  • Le pollen : unique source de protéines pour les pollinisateurs. Il contient également des lipides, des glucides, des vitamines et des minéraux

 

Les protéines issues du pollen sont essentielles pour le développement des tissus et des défenses immunitaires.

 

L’alimentation joue donc un rôle fondamental dans le cycle de vie des abeilles, car elle est source de nutriments essentiels qui agissent sur leur développement et leur assurent une bonne santé.

 


Les abeilles à l’alimentation carencée sont plus sensibles aux autres stress : pathogènes, pollution, perturbations climatiques


 

Le pollen doit être disponible en quantité, en diversité et de qualité (taux de protéines) tout au long de la saison d’activité des insectes.

 

Exemples de scénarios d’alimentation pollinique chez l’abeille domestique :

 


La diversité des apports en pollen est primordiale pour maintenir la diversité des pollinisateurs et garantir la bonne santé des abeilles


 

Les pollinisateurs sont dépendants pour leur nutrition de la ressource florale présente sur les territoires. Une diminution de ces ressources peut avoir des conséquences sur l’état de santé des populations de pollinisateurs.

 

La fragmentation des paysages, le recul des surfaces semi-naturelles et des cultures mellifères entraînent une réduction croissante des petits biotopes et de l’offre florale.

 

Les floraisons sur ces territoires sont discontinues dans le temps et l’espace, et la diversité des espèces végétales est diminuée.

 

Ces pertes de ressources engendrent des périodes de disette alimentaire qui ne permettent pas de couvrir les besoins des pollinisateurs au cours de l’année.

 


Les paysages agricoles sont devenus, à certaines périodes de l’année, des déserts floraux, comportant une disponibilité et une diversité réduite de ressource alimentaire pour les pollinisateurs


 

Il est donc essentiel de maintenir dans les paysages une diversité florale suffisante pour la préservation des pollinisateurs. Pour cela, le Réseau Biodiversité pour les Abeilles travaille à l’amélioration de la fourniture en nectar et pollen par :

 

  • La valorisation des cultures nectarifères et pollinifères
  • L’implantation d’aménagements favorables aux pollinisateurs
  • Une gestion raisonnée et alternative des milieux semi-naturels et cultivés

 

Exemple d’un calendrier idéal de disponibilité de la ressource :



 

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux