La Fleur du mois
 

 

Au fil des mois, découvrez une fleur présente pour les pollinisateurs et qui contribue à leurs besoins nutritionnels.

 

(Illustrations réalisées par Clara Amy, mise en page et rédaction par Morgane Muffat)

 

 

 

 

2021


 

Août – Le Chèvrefeuille des bois

                                          (Lonicera periclymenum)

 

Cette plante grimpante formée de lianes finit souvent par ressembler à un buisson dense, perché au sommet de jeunes arbres pour accéder à la lumière. En effet, un support lui est nécessaire pour se développer, ce qui explique son attrait pour les milieux boisés. Outre son aspect quelque peu intrusif pour son arbre support, le Chèvrefeuille est un vrai refuge pour la biodiversité ! Apportant des habitats avec son feuillage dense, de la nourriture sous forme de baies charnues, appréciées des oiseaux, de fleurs mellifères parfumées prisées des pollinisateurs nocturnes (mais pas que), mais aussi avec ses feuilles dont se nourrissent certaines chenilles et larves d’insectes.
 

→ Télécharger la plaquette du Chèvrefeuille des bois

 

 

 

 

 

 

Juillet – La Knautie des champs

                                (Knautia arvensis)

 
 
Egalement appelée Scabieuse des champs, cette plante mellifère commune attire toutes sortes de pollinisateurs. Parmi eux, l’Andrène de la scabieuse (Andrena hattorfiana), est une abeille sauvage spécialisée pour la récolte de pollen sur cette herbacée (notamment). De même, sa longue trompe (proboscis) lui permet d’exploiter le nectar des nombreuses fleurs denses et difficiles d’accès de cette plante.
 

→ Télécharger la plaquette de la Knautie des champs

 

 

 

 

 

 

 

Juin – La Potentille rampante

                                           (Potentilla reptans)

 

 
Discrète et typique des milieux très azotés (riches en engrais, eutrophisés …), cette herbacée vivace forme de beaux tapis denses mellifères !
 

→ Télécharger la plaquette de la Potentille rampante

 

 

 

 

 

 

 

 

Mai – Le Genêt à balais

                                (Cytisus scoparius)

 
 
Arbuste buissonnant spontané partout en France (sauf en région méditerranéenne), le Genêt à balais est une plante pionnière des milieux incultes et ouverts. Très rustique, il supporte la sécheresse, les vents violents, l’exposition maritime, et les sols pauvres et acides.

Son enracinement profond permet de lutter contre l’érosion du sol. Outre ses capacités mellifères pour les pollinisateurs, il enrichit le sol en azote grâce à sa relation symbiotique avec des bactéries.

Suite à son exportation, il est considéré comme envahissant dans plusieurs pays (Etats-Unis, Canada, Australie …).

 

→ Télécharger la plaquette du Genêt à balais

 

 

 

 

 

 

Avril – Le Lamier poupre

                            (Lamium purpureum)

 

A l’apparence d’ortie, cette herbacée à floraison précoce fournit une importante ressource pour les pollinisateurs. Discrète et très commune dans les jardins, elle soutiendra nombreux insectes durant ces périodes de disette.
 

→ Télécharger la plaquette du Lamier pourpre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mars – Le Prunellier / Epine noire

                                (Prunus spinosa)

 
Actuellement en pleine floraison, cet arbuste buissonnant fait partie de la famille des abricotiers, cerisiers, pruniers … Ses rameaux denses et épineux, garnis de fruits en automne, et sa floraison précoce et riche en pollen, sont essentiels pour soutenir toute une diversité d’espèces !
 
Avez-vous déjà constaté des différences d’allures entre différents prunelliers ? Selon les caractéristiques du sol, ces arbustes peuvent apparaître petits et denses (sol sec, rocailleux), ou hauts et très ramifiés (sols riches, frais).
 
Après avoir parlé de l’Epine noire, saurez-vous nous dire quel arbuste jamais bien loin est appelé « Epine blanche » ?
 

→ Télécharger la plaquette du Prunellier

 

 

 

 

 

 

Février – Le Saule marsault

                                               (Salix caprea)

 

L’arbre qui marque le début de la saison apicole ! En effet, étant l’une des premières grosses ressources de nectar et de pollen de l’année, il est essentiel aux pollinisateurs pour s’alimenter et démarrer leurs pontes. Il a un réel impact positif sur l’évolution des colonies d’abeilles si les conditions climatiques sont favorables (les pluies fréquentes réduisent la production de l’arbre).
 
Le saviez-vous ? Etant une espèce monoséxuée, les arbres mâles et femelles sont des entités séparées. Les pieds mâles produisent du nectar et du pollen, alors que les femelles ne produisent que du nectar. Mais la composition des sucres diffère selon les sexes ! Mâles comme femelles doivent maintenir un niveau d’attirance équivalent pour ne pas entrer en compétition et bénéficier tous les deux de la pollinisation.
 

→ Télécharger la plaquette du Saule marsault

 

 

 

 

Janvier – Le Noisetier commun

                                (Corylus avellana)

 
Saviez-vous que deux types de fleurs étaient présentes sur un même pied ? Ou que cet arbuste ne produisait pas de nectar mais beaucoup de pollen ?
 
Originaire d’Europe, le Noisetier compte nombreuses qualités et effets bénéfiques : protecteur des cultures (rempart contre le vent), refuge pour la faune, purificateur d’eau, plante mellifère et médicale, baguette de sourciers, source d’énergie (noisettes), et bien d’autres à découvrir ! A conseiller dans les jardins !
 

→ Télécharger la plaquette du Noisetier commun

 

 

 

 

 

 

 

 

2020


Décembre – L’Hellébore noir

                                            (Helleborus niger)

 

 
 
L’Hellébore noir, aussi nommé Rose de Noël, est mis à l’honneur en ce mois de décembre ! Rare et protégée à l’état sauvage, cette plante rustique à floraison longue et précoce fournit des ressources précieuses aux pollinisateurs en début de saison. D’ornement, elle égayera les zones sombres et humides de vos jardins.
 

→ Télécharger la plaquette de l’Hellébore noir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Novembre – Le Perce neige

                                (Galanthus nivalis)

 
 
 
Avez-vous fini de planter vos bulbes ? Dernière période pour que ces fleurs, majoritairement à floraison précoce, profitent aux pollinisateurs à la sortie de l’hiver.
 
Parmi elles, le Perce-neige, rustique, mellifère et facile à cultiver, ornera vos jardins dès le début de l’année !
 

→ Télécharger la plaquette du Perce neige

 

 

 

 

 

 

 

Octobre – Le Lierre grimpant

                                                  (Hedera helix)

 

 
 
En plus de ses qualités mellifères, cette liane ligneuse passionnante est un réservoir de biodiversité ! Elle entretient une relation mutualiste et complémentaire avec son arbre support et possède nombreuses propriétés.
 
Saviez-vous que le Lierre ne pouvait pas fleurir s’il n’avait pas de support ? Et qu’il suivait les ombres pour en trouver un ? Saviez-vous aussi qu’il possèdait un cycle décalé pour ne pas entrer en compétition avec les autres plantes (floraison tardive, fructification précoce) ? Et qu’il pourrait être un bon allié contre le réchauffement urbain?
 

→ Télécharger la plaquette du Lierre grimpant

 

 

 

 

 

 

Septembre – La Bourrache officinale

                                (Borago officinalis)

 
 
 
Commune dans toute la France, cette herbacée aux fleurs bleues étoilées présente nombreuses utilités : ressource mellifère riche en nectar pour les pollinisateurs, plante décorative, médicinale, culinaire, répulsive pour les limaces et la Piéride du chou, source de minéraux et de potassium pour le potager (engrais vert) ou encore aération du sol avec ses longues et épaisses racines.
 
Rustique et peu exigeante, la Bourrache se ressème seule et assure une longue floraison grâce à ses différentes générations.
 

→ Télécharger la plaquette de la Bourrache officinale

 

 

 

 

 

 

Août – La Tanaisie commune

                                         (Tanacetum vulgare)

 

 
 
La Tanaisie vous connaissez ? Cette plante très odorante a de multiples propriétés : répulsive pour certains insectes, ressource mellifère pour d’autres, plante aromatique, décorative et médicinale (vermifuge entre autres) … néanmoins, attention à sa toxicité !
 
Reconnaissable avec ses nombreuses fleurs formant des boutons jaune vif, elle est assez commune voire très commune selon les régions. S’établissant souvent dans des milieux ayant subis des perturbations du sol, cette plante est considérée comme une espèce pionnière.
 

→ Télécharger la plaquette de la Tanaisie commune

 

 

 

 

 

 

 

 

Juillet – Le Mélampyre des champs

                                (Melampyrum arvense)

 
 
 
Quels sont les secrets de cette messicole flamboyante ? Présente partout en France, cette plante mellifère est très menacée par la diminution des friches et le fauchage fréquent et précoce des accotements. Plusieurs régions la classe d’ailleurs en danger.
 

→ Télécharger la plaquette du Mélampyre des champs

 

 

 

 

 

 

 

 

Juin – Le Lotier corniculé

                              (Lotus corniculatus)

 

 
 
En plus d’être riche en pollen et en nectar pour les pollinisateurs, il est utilisé en engrais vert, comme plante fourragère, et même en phytothérapie.
 

→ Télécharger la plaquette du Lotier corniculé

 

 

 

 

 

 

Mai – La Bugle rampante

(Ajuga reptans)

 
 
 
Avec ses beaux tapis denses, elle contribue aux besoins nutritionnels des pollinisateurs.
Et en plus, elle se trouve bien souvent dans les jardins !
 

 

 

 

 

 

Avril – Le Muscari

                       (Muscari sp.)

 
 
 
En avril, le Muscari est à l’honneur. Des idées pour votre jardin !
 
 
 
 
 
 



 

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux